Opération contre ronflement : est-ce efficace ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Table des matières

Impossible de s’en rendre compte soi-même puisque cela survient pendant le sommeil, le ronflement est un mal gênant qui peut cacher d’autres problèmes de santé. Non seulement vous dérangez les autres durant votre sommeil, mais c’est peut-être un signe que vous souffrez d’apnée du sommeil. 

Si c’est le cas, la consultation d’un spécialiste vous introduira aux nombreuses méthodes usuelles ou médicales pour lutter contre le ronflement. La chirurgie anti-ronflement est ainsi une solution de derniers recours avec un taux d’efficacité relativement élevé. On vous dit tout sur les différents types d’opérations contre ronflement.

En quoi consiste l’opération contre ronflement ? Est-ce que ça marche ?

Le ronflement est un trouble commun qui se manifeste par un bruit grave ou un sifflement émis par une personne pendant son sommeil. Il est dû au rétrécissement des voies respiratoires qui entraîne une vibration de la luette et du voile du palais lorsque l’air traverse le pharynx. 

La luette est le petit appendice situé au fond de la cavité buccale et prolongeant le voile du palais et dont le rôle est de contrôler le flux d’air qui s’échappe pendant que nous parlons. Le ronflement peut toucher n’importe qui, enfant ou adulte et peut avoir plusieurs causes. Il existe aussi plusieurs traitements efficaces pour s’en débarrasser qui n’impliquent pas forcément une intervention chirurgicale.

 

Toutefois, si votre ronflement persiste, prenez rendez-vous chez un médecin spécialiste ORL (oto-rhino-laryngologiste). Si vous souffrez d’une apnée du sommeil ou que le ronflement menace votre santé, celui-ci devrait recommander un traitement chirurgical selon le profil du patient. Trois options sont alors possibles. Il s’agit de :

  • l’intervention classique ;
  • la chirurgie laser ;
  • le traitement par radiofréquence.
A lire aussi :  Dos bloqué : quel traitement pour soigner cette pathologie ?

 

  • L’opération anti-ronflement classique

L’intervention réalisée au niveau du pharynx a pour objectif d’élargir les voies respiratoires du patient en corrigeant les anomalies qui empêchent une bonne circulation d’air. Il s’agit d’un retrait partiel de la luette ou du voile du palais. Et parfois, lorsque les amygdales du patient sont trop grosses, un retrait de celles-ci également. On parle respectivement de pharyngotomie chirurgicale et d’amygdalectomie.

 

En pratique, l’intervention est d’abord approuvée par votre médecin ORL spécialisé lorsque les autres traitements pour contrer le ronflement ou l’apnée du sommeil sont inefficaces

Elle nécessite un à deux jours d’hospitalisation et se fait sous anesthésie générale. Avec un taux de réussite assez élevé, les patients sont garantis, dans 50 à 80% des cas, d’être satisfaits. Il n’est toutefois pas exclu que le ronflement réapparaisse bien des années plus tard pour d’autres raisons. 

 

En termes de risques ou de complications, il peut y avoir une hémorragie au niveau du pharynx, nécessitant une reprise chirurgicale. Le patient doit également arrêter de travailler pendant une courte période (une à deux semaines environs) à cause de plusieurs douleurs post-opératoires. 

Les maux de gorge et les douleurs liées à la déglutition salivaire notamment. Ce qui impacte l’alimentation au cours de cette courte période, entraînant une perte de poids du patient. Après l’opération, le patient, sous morphine, reçoit un antalgique codéiné avant de continuer avec des prescriptions visant à réduire les douleurs de fond.

 

Pour finir, cette opération coûte environ 1500 € et n’est pas prise en charge par la sécurité sociale. Néanmoins, certaines mutuelles le font.

  • La chirurgie laser

L’objectif de cette intervention est le même que celui de la précédente à la différence que celle-ci est bien moins douloureuse, ne nécessite pas d’hospitalisation et se réalise sous anesthésie locale. Le procédé est simple et fait recours aux rayons laser pour rétrécir les parties de la luette ou du voile du palais qui obstruent les voies respiratoires. Cette intervention est idéale pour les patients ne souffrant pas d’apnée du sommeil, mais dont le ronflement persiste. 

A lire aussi :  Quels sont les risques du vapotage sur la santé ?

 

L’opération dure environ 15 à 20 minutes et est réalisée par un ORL spécialisé après injection de xylocaïne (l’anesthésiant), ce qui la rend indolore. Il faut cependant deux à cinq interventions de la sorte pour obtenir des résultats satisfaisants. 

Si l’intervention en elle-même n’est pas douloureuse, les douleurs post-opératoires de type angine ne sont pas à négliger et peuvent nécessiter la prise d’antalgiques. Elles sont quand même moins intenses que celles d’une intervention classique.

 

Enfin, le traitement au laser n’est pas non plus pris en charge par l’assurance maladie ou la sécurité sociale. Il vous coûtera entre 400 et 800 € selon le nombre de séances réalisées et les établissements. Le taux d’efficacité de l’intervention oscille également entre 40 et 80% avec des possibilités que le ronflement réapparaisse plus tard.

 

  •  Le traitement par radiofréquences : somnoplastie

Également préconisé pour les ronfleurs qui ne souffrent généralement pas, ou peu, d’apnées du sommeil. Cette intervention qui n’est pas réellement une chirurgie, est bien la moins douloureuse. En effet, il s’agit d’une technique indolore visant à rétracter le voile du palais trop flasque de certains patients

L’opération consiste ainsi à insérer, à quatre endroits du voile du palais, des électrodes émettant des ondes de radiofréquences après une anesthésie locale. La coagulation des muscles à travers l’effet thermiques des électrodes va rétracter le voile du palais et ainsi faciliter le passage de l’air. 

 

Comme la précédente opération, celle-ci ne nécessite aucune hospitalisation, mais plusieurs séances de 30 minutes environ, sont nécessaires pour obtenir satisfaction. Les douleurs après l’intervention sont moindres comparé aux autres, mais vous pouvez toutefois ressentir une gêne au niveau de la gorge lorsque vous avalez. Il est important de noter que ce traitement n’est pas prescrite à tous les patients, notamment ceux qui souffrent d’apnées du sommeil.

A lire aussi :  Les méthodes alternatives pour se débarrasser des poux

 

Enfin, cette intervention est la moins coûteuse et également non remboursée. Environ 150 € par séance pour un taux de satisfaction comparable aux autres interventions, de 70 à 80%.

Quelles alternatives à l’opération pour traiter le ronflement ?

Si les chirurgies sont plutôt efficaces contre le ronflement dans l’immédiat, celui-ci finit par revenir bien des années après l’intervention. Il faut donc penser à répéter les opérations dans le futur. Cependant, il existe d’autres solutions anti-ronflement non chirurgicales, qui fonctionnent bien et qui sont par ailleurs moins onéreuses. Il s’agit entre autres de :

 

  • Pastilles anti-ronflement ;
  • Spray anti-ronflement ;
  • Le port de gouttières dans la bouche, pour éviter la chute arrière de la langue chez l’adulte ;
  • Les bandelettes nasales ;
  • Le bracelet et la bague anti-ronflement ;
  • L’appareil de ventilation CPAP.