Pourquoi on ronfle plus quand on a bu ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Table des matières

Avez-vous remarqué la relation entre l’alcool et le ronflement ? En effet, si vous buvez quelques verres avant d’aller au lit, vous augmentez les risques de ronfler. Comment cela se fait-il ? Explication.  

Ronflement : explication

Pour commencer, il faudra comprendre le processus qui cause le ronflement. Il s’agit d’un bruit causé par la circulation de l’air et son contact avec les différents muscles qui se trouvent à l’arrière de votre gorge, la luette et la langue. 

Le bruit est involontaire. Il peut être causé par plusieurs choses. Ce peut être lié à l’âge, la position pendant le sommeil, le poids ou certaines mauvaises habitudes, dont l’alcool. 

À savoir que le bruit peut atteindre les 69 dB en moyenne. Mais cela peut augmenter en fonction du ronfleur et des situations qui se présentent. En tous les cas, il importe de trouver des solutions à ce problème pour ne pas gêner votre entourage. 

L’alcool est un vasodilatateur

L’alcool est un vasodilatateur. C’est-à-dire qu’il participe à la dilatation des vaisseaux sanguins. C’est d’ailleurs ce qui vous donne l’impression d’être détendu quand vous êtes ivre. Cependant, cet effet n’est pas très recommandé pendant la nuit. 

Quand les vaisseaux sanguins se relâchent, les parois internes de votre gorge ne seront plus lisses. Ce qui peut causer des bruits de ronflement durant la nuit. 

L’alcool détend les muscles

Le fait de boire détend davantage les muscles. C’est aussi le cas pour ceux qui se trouvent au niveau de la gorge et de la langue. Ainsi, les organes de la bouche seront plus détendus. De quoi boucher les voies respiratoires. D’où les ronflements. 

A lire aussi :  Crise d'hémorroïdes : quels aliments éviter ?

Les effets de l’alcool rendent un peu plus complexe la circulation de l’air. Ce sera d’autant plus le cas si vous êtes en position allongée sur le dos et que vous êtes en surpoids. Si d’habitude, vous ronflez un peu, après avoir bu, les ronflements seront donc plus sévères.  

L’alcool vous fait choisir des positions étranges pour dormir

Quand vous rentrez au petit matin d’une soirée de beuverie, vous n’êtes pas spécialement concentrée sur la position que vous allez choisir pour vous coucher. Généralement, vous vous allongez le ventre contre le matelas. Cela aura pour effet d’obstruer davantage les voies respiratoires. C’est pourquoi vous ronflez plus fort. 

Le fait de dormir sur le dos, complètement à plat, n’est pas mieux. Vos muscles pourront s’affaisser contre vous. C’est pourquoi il est recommandé de surélever légèrement la tête.  

Alcool et apnée du sommeil sont liés

L’alcool favoriserait aussi les risques de troubles du sommeil. Tel est le cas surtout de l’apnée du sommeil. Comme l’air a du mal à sortir et à entrer dans vos voies respiratoires, il peut se passer quelques secondes entre chaque inspiration où vous serez en apnée. 

Cette situation peut impacter sur la qualité de votre sommeil. En effet, vous allez surtout passer la nuit en somnolant et n’aurez pas de véritable sommeil paradoxal. C’est pourquoi, au petit matin d’une cuite, vous êtes plus fatigué que reposé. 

L’apnée du sommeil présente par ailleurs des risques pour les dormeurs. Dans certains cas, l’air peut avoir plus de mal à circuler. Vous n’aurez donc pas d’oxygène pendant plusieurs secondes, voire durant une ou plusieurs minutes. Ce qui peut entraîner le décès. 

A lire aussi :  Quel lien entre le Botox et le botulisme ?

Si vous souffrez déjà de trouble du sommeil, il est donc recommandé d’éviter l’alcool avant d’aller vous coucher. Ou du moins, consommer, mais avec modération. 

L’alcool pour dormir : info ou intox ? 

Certains disent que consommer de l’alcool avant d’aller se coucher serait une bonne solution pour trouver facilement le sommeil. Il est vrai que les boissons alcoolisées provoquent de la somnolence. Cependant, l’alcool n’améliore pas pour autant la qualité de vos nuits. Au contraire, il peut vous empêcher d’atteindre le sommeil profond. Vous serez plus sujet à des réveils nocturnes. 

Il y a des solutions beaucoup plus efficaces que l’alcool pour trouver le sommeil. Tel est le cas par exemple de la mise en place d’une lumière tamisée dans la pièce, la lecture ou encore les bruits blancs. Le tout est de créer une ambiance dans laquelle vous pouvez simplement vous détendre.

Comment arrêter de ronfler ?  

La solution est simple : évitez d’aller vous coucher après avoir bu. Vous allez ainsi éviter de vous détendre.

Il importe néanmoins de souligner que les effets de l’alcool ne durent pas éternellement dans l’organisme. En moyenne, le corps est capable de le métaboliser en 6 heures. Tout dépend aussi de la quantité ingérée et de votre niveau de résistance face aux produits. Néanmoins, si l’alcool ne fait plus effet sur vous au moment de vous coucher, à priori, vous n’allez pas ronfler.  

Pour en limiter les effets, vous pouvez aussi décider de réduire votre consommation. Il ne faut pas être complètement ivre pour passer un bon moment avec les copains. Si vous faites preuve de modération, vous allez limiter les effets du produit sur vos muscles. 

A lire aussi :  Suppression de la Sécurité sociale étudiante et fusion des mutuelles : ce qui change en septembre 2019 pour les étudiants

Et si malgré l’absence d’alcool, vous continuez de ronfler, allez consulter un spécialiste. En effet, comme susmentionné, ce n’est pas le seul facteur à prendre en compte chez les ronfleurs. Pour chaque profil, il y aura des solutions adaptées. Ce qui vous permettra aussi d’améliorer la qualité de votre sommeil. 

Il convient néanmoins de souligner que tous les buveurs ne ronflent pas. Tout dépend de votre organisme et de votre capacité de résistance face aux produits, mais aussi de la configuration des muscles de votre bouche.