Tout savoir sur la hernie inguinale

Si vous sentez une boule apparaître au niveau de votre aine, il s’agit certainement d’une hernie inguinale. Cette boule est une partie d’une anse intestinale, qui peut aussi être de la graisse, sortant de l’abdomen. Il existe plusieurs techniques pour retirer cette boule. On vous en dit plus ici.

La hernie inguinale : qu’est-ce que c’est ?

L’aine est l’un des plis qui joint la cuisse à l’abdomen. Cette région mal cloisonnée est alors vulnérable car beaucoup de vaisseaux et nerfs y passent. C’est la paroi abdominale, située juste au-dessus de ce pli, qui forme un passage grâce aux muscles : il s’agit du canal inguinal.

Si une fragilité apparaît à ce niveau, une hernie peut apparaitre. En effet, lors d’efforts musculaires ou tout simplement d’un éternuement, la boule prend plus de volume. De la même manière, au repos, allongé, la boule disparait. Ainsi, une hernie inguinale survient suite à un effort musculaire important. Par exemple, suite au port de lourdes charges.

La détection d’une hernie inguinale doit amener à une opération dans les semaines qui suivent. En effet, même si elle peut parfois être indolore, la hernie inguinale peut entraîner de graves complications. Toutefois, il peut aussi s’agir d’une urgence chirurgicale si cette dernière se met à comprimer le petit morceau d’intestin en provoquant des vives douleurs accompagnées de vomissements.

Chez l’homme, seul le cordon spermatique passe par ce canal allant de l’abdomen vers le testicule. Une hernie inguinale peut apparaitre lorsqu’une petite portion de l’intestin, du côlon ou encore de la vessie pénètre dedans en formant une petite boule au niveau de l’aine.

Les interventions pour y remédier

L’opération de Shouldice

Il existe différentes techniques pour retirer la hernie inguinale. L’opération de Shouldice est la première intervention. Elle a pour objectif de retendre le tissu fermant le canal inguinal à l’aide de sutures. Cette technique empêche tout risque de récidive et concerne essentiellement les patients les plus jeunes. En effet, il s’agit de la technique la plus classique.

Cette opération répare et rapproche les éléments musculaires qui se sont distendus permettant ainsi le passage de l’anse intestinale. Pendant l’opération, le chirurgien fait une incision de quelques centimètres dans la région de l’aine. Parfois effectuée sous anesthésie générale, l’intervention a généralement lieu sous anesthésie locale.

Le fait de procéder à cette intervention sous anesthésie locale est intéressante car elle permet au chirurgien et au patient de coopérer ensemble. De plus, l’apparition d’autres complications est plus rare dans ce cas-là, comme le risque de phlébite. En effet, le patient n’a pas besoin de rester alité ni de recevoir un traitement anticoagulant en postopératoire.

L’intervention par coelioscopie

Cette opération s’effectue uniquement sous anesthésie générale. Durant l’intervention, le chirurgien va effectuer trois petites incisions sur le ventre du patient afin d’y faire pénétrer de fins instruments comme une sonde optique avec un système d’éclairage.

L’opération consiste à fixer une « plaque » en regard au trou afin d’éviter qu’une anse intestinale ne s’y forme.

La pose d’une prothèse

Les deux autres types d’opérations consistent en la pose d’une prothèse, sous anesthésie générale. En effet, une fois que le chirurgien a remis la portion de l’intestin à son état initial, il obture le canal inguinal afin d’empêcher le passage de l’intestin, du colon et de la vessie, à l’aide d’un filet souple.

A noter que toutes ces opérations durent environ une heure.

Les suites de l’opération

Suite à chacune de ces trois opérations, le patient a la possibilité de se lever, manger voire de rentrer le jour même. Seuls des anti-inflammatoires et des antalgiques seront prescrits pendant une petite semaine. De plus, les fils seront retirés huit jours après l’opération.

Le patient peut rapidement reprendre le cours de sa vie normalement, sans faire d’efforts physiques importants. Cela encore plus rapidement s’il a subi son intervention sous anesthésie locale et avec l’accord du chirurgien. C’est au bout d’un mois que le patient pourra reprendre le sport.

Pour toutes ces opérations, les complications sont très rares. A noter tout de même que pour la coelioscopie, malgré ses avantages de confort (petites cicatrices, peu douloureuse, récupération rapide), reste la technique la plus à risque. En effet, le risque chirurgical est plus important, comme des hémorragies par exemple. Ainsi, cette technique sera privilégiée pour les hommes de plus de 40 ans, souhaitant être rapidement sur pieds.

Bannière 728x90

La hernie inguinale : le risque de récidive

Une hernie inguinale peut réapparaitre dans 6% des cas suite à une opération de Shouldice. Tout dépend de la fragilité existante de cette région, très variable. S’il y a une récidive, une seconde intervention aura lieu, sous anesthésie générale, en plaçant une plaque. Cette intervention peut aussi se faire par coelioscopie.

Enfin, il est important de savoir que les hernies bilatérales sont fréquentes. En effet, une hernie inguinale traitée peut en faire apparaitre une seconde, de l’autre côté. Cette situation concerne 15% des patients.

Les risques de ne pas traiter une hernie inguinale

Une hernie inguinale doit être opérée afin d’éviter les complications. Une hernie non traitée va provoquer des nausées, vomissements avec une vive douleur. Ces signes doivent vous amener aux urgences : il s’agit d’une urgence chirurgicale.

Cette intervention peut être réalisée sous anesthésie locale dans certains cas. Par ailleurs, concernant la partie de l’anse intestinale qui a souffert, le chirurgien devra la réséquer.

La hernie inguinale, en bref.

Si vous détectez une boule au niveau de l’aine, il s’agit d’une hernie inguinale qui doit être opérée dans les semaines qui suivent. L’opération peut se faire sous anesthésie locale dans certains cas. Elle est vivement conseillée afin d’éviter tout risque de complications. Il existe trois types d’opérations, chacune présentant ses avantages et inconvénients.

Vos amis aimeraient sans doute être au courant !

Laisser un commentaire sur "Tout savoir sur la hernie inguinale"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*