Tout savoir sur le taux de ferritine

Tubes prise de sang

La ferritine permet de stocker le fer qu’elle transporte vers le foie, la rate et la moelle osseuse. Cette protéine circule par voie sanguine dans notre organisme. Nous vous expliquons les taux de ferritine usuels et les conséquences d’un taux de ferritine trop élevé ou trop bas dans cet article.

Tout savoir sur la ferritine

Cette protéine ressemblant à une coquille d’œuf sert au stockage du fer, en son sein : elle stocke ainsi jusqu’à 4 500 atomes de fer par molécule de ferritine, principalement au niveau des hépatocytes et du système macrophagique. Des réserves de fer accrues peuvent être mises en évidence avec l’augmentation de sa concentration plasmatique.

La production de la ferritine augmente notamment lors d’une réaction inflammatoire. Ainsi, elle se retrouve en forte quantité au niveau intracellulaire. Elle permet de réguler l’absorption intestinale du fer.

Le dosage de la ferritine : dans quels cas est-il prescrit ?

C’est la quantité de fer présent dans le sang qui détermine le dosage de la ferritine. Ce type d’examen est généralement prescrit dans le cadre d’une anémie ou afin de détecter la présence d’une inflammation ou encore d’une hémochromatose (qui signifie l’excès de fer dans l’organisme).

Par ailleurs, l’efficacité d’un traitement dans le but d’augmenter ou diminuer le taux de fer dans le sang peut aussi être vérifié grâce à un dosage.

Le déroulement d’un dosage de la ferritine

Les spécialistes indiquent que le dosage de la ferritine est l’examen de première intention lors de la recherche d’une carence en fer. L’examen s’effectue à partir d’une simple analyse sanguine.

Un taux variable selon l’âge

Le taux de ferritine est élevé à la naissance, et augmente durant les deux premiers mois de vie pour chuter par la suite. C’est à l’âge d’un an que le taux augmente à nouveau pour se poursuivre jusqu’à l’âge adulte.

Notons que la ferritine est plus importante chez les garçons à l’adolescence, jusqu’à l’âge adulte. En effet, chez l’homme, la ferritine atteint un pic entre 30 et 39 ans pour rester constante jusqu’à 70 ans environ.

Concernant la femme, le taux est faible jusqu’à la ménopause pour augmenter ensuite. En effet, les menstruations, les grossesses ou encore l’allaitement entraînent un taux faible de ferritine.

Voici les taux moyens de ferritine :

  • hommes : 30-300 µg/L
  • femmes : 20-200 µg/L
  • nouveau-né : 50-400 µg/L

Attention à l’hyperferritinémie : quand taux est élevé

Un taux supérieur aux taux moyens de ferritine est considéré comme une hyperferritinémie que l’on associe généralement à une surcharge en fer. Cependant, elle peut aussi être liée à l’hémochromatose ou lors de transfusions sanguines itératives.

Voici les différentes raisons qui peuvent expliquer un taux élevé de ferritine :

  • un syndrome infectieux ou inflammatoire ;
  • une hémochromatose ;
  • une cytolyse, soit la destruction des cellules ;
  • un syndrome métabolique ;
  • une tumeur ;
  • une lyse cellulaire, qu’elle soit hépatique ou musculaire ;
  • une surconsommation d’alcool ;
  • des thalassémies.

La cause la plus fréquente d’un taux élevé en ferritine est l’hyperferritinémie dysmétabolique (HD) associée au syndrome métabolique. Cependant, un taux élevé seul, ne pourra pas permettre de détecter une pathologie sous-jacente. Il sera donc nécessaire d’y associer un examen médical complémentaire.

L’hémochromatose : l’excès de fer dans l’organisme

L’hyperabsorption de fer n’est que très rarement lié à l’hyperferritinémie. En effet, l’hémochromatose se caractérise par une hyperabsorption intestinale de fer entrainant des dépôts de fer dans l’organisme. Ces derniers détruisent petit à petit les organes.

Il est important d’être rapidement pris en charge car des complications invalidantes peuvent apparaitre. Par exemple, le foie une fois atteint peut développer une cirrhose. De plus, en ce qui concerne le cœur, le risque d’insuffisance cardiaque est plus grand. Des bouleversements hormonaux peuvent également se manifester en provoquant du diabète.

Attention à l’hypoferritinémie : quand le taux est bas

Un taux bas de ferritine peut mettre en évidence :

Bannière 728x90
  • une carence en fer ;
  • un régime végétarien ;
  • un don de sang ;
  • une grossesse ;
  • une hémolyse du paludisme ;
  • un exercice intensif ;
  • des hémorragies gynécologiques.

Les signes cliniques afin de repérer une carence en fer sont nombreux : fatigue, céphalées, irritabilité, crampes, pâleur, douleurs musculaires, troubles du sommeil, extrémités (mains et pieds) froides, etc… Lors d’une anémie plus avancée, une augmentation du pouls ou encore une plus grande vulnérabilité aux maladies infectieuses peuvent être observées ou encore une chute de cheveux, une peau sèche et des ongles cassants et striés.

Un dosage sanguin de la ferritine met en évidence les réserves en fer afin de dépister de manière anticipée une carence ou une surcharge en fer. Un taux bas, soit compris entre 0 et 30 µg/L montrera une carence en fer alors qu’une ferritine élevée n’aura pas forcément pour signification un taux de réserve élevé.

La ferritine est alors un marqueur inflammatoire qui s’élève dès lors qu’il y a une carence en fer. Dans ce type de situation, des analyses complémentaires sont nécessaires.

Vos amis aimeraient sans doute être au courant !

Laisser un commentaire sur "Tout savoir sur le taux de ferritine"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*