CBD : mieux comprendre cette molécule

Un scientifique entrain de prélever du CBD

De plus en plus populaire auprès des fumeurs en tant qu’alternative légale au cannabis, le CBD s’impose progressivement dans l’usage courant. Mais de quoi parle-t-on au juste ?

Le CBD, un cannabis légal et médical ?

Peu connu il y a quelques années, le CBD provient de la même famille de plantes que le cannabis : le chanvre. La différence est subtile et ne saute guère à l’œil nu, puisqu’elle se situe au niveau moléculaire. En effet, alors que le cannabis proscrit par les autorités contient avant tout du THC (le tétrahydrocannabinol, un psychoactif), le chanvre légal, dit « CBD » contient surtout du cannabidiol (d’où son nom). Si le chanvre naturel contient bel et bien naturellement ces deux molécules, certaines variétés de plantes sont plus riches dans l’une que dans l’autre.

On obtient ainsi deux registres distincts, le premier d’ordre récréatif pour le THC, et le second d’ordre médical pour le CBD. En effet, les vertus relaxantes du chanvre sont connues de longue date, ce qui explique qu’il soit employé depuis longtemps dans la pharmacopée mondiale. Qu’il s’agisse de calmer les états anxieux ou de réguler le sommeil, il a toute sa place parmi les remèdes naturels et traditionnels, cela d’autant plus dans la mesure où celui-ci est consommé avec modération.

Peu de risques de planer, donc, mais une méthode aussi adaptée pour se détendre qu’une verveine.

Quelle est la réglementation du CBD ?

Réglementé par l’Union Européenne (grâce au décret n° 639-2014), le CBD ne subit pas les restrictions en vigueur concernant le cannabis tant qu’il ne dépasse pas une teneur de plus de 0,2 % en THC. Sa commercialisation et sa détention sont ainsi tout à fait autorisées, ce qui explique pourquoi n’importe quel majeur peut acheter du CBD en ligne ou en bureaux de tabac.

La ressemblance d’odeur entre le CBD et le cannabis invitent néanmoins à ne pas le fumer sur la voie publique, ce afin d’éviter les amalgames et d’éviter des situations fâcheuses avec les forces de l’ordre.

Usages du CBD

N’en déplaise aux amateurs de marijuana, il est déconseillé de fumer les fleurs de CBD, non seulement en raison de l’illégalité de la pratique, mais également pour des raisons de santé. L’ajout de tabac est en effet nocif pour les poumons (la chose est connue depuis longtemps), et contribue au développement de cancers de la gorge ou des voies respiratoires.

En pratique, pour celles et ceux désireux de bénéficier de l’effet relaxant du CBD, ce dernier se prête davantage aux infusions dans l’eau chaude. L’eau bouillante libère et s’imprègne alors des molécules qui font l’intérêt pharmacologique du chanvre bio, offrant ainsi, après une dizaine de minutes, une tisane aux nombreuses vertus. L’idéal pour améliorer la qualité de son sommeil avant de se mettre au lit !

Si les tisanes rebutent, il est possible de se tourner vers un vaporisateur de CBD. Bien que cette solution soit plus coûteuse, elle permet de ressentir les effets de cette plante de façon optimale sans aliéner sa santé.

Où acheter du CBD ?

Puisqu’il est légal, le CBD s’obtient auprès de professionnels tels que les bureaux de tabac ou les sites de vente en ligne spécialisés. Il est alors recommandé de se renseigner sur la provenance du chanvre commercialisé, qui peut être issu de la culture biologique ou non en fonction des producteurs.

Il existe de nombreuses variétés de chanvre parmi lesquelles choisir ses fleurs de CBD. Au-delà de la teneur en molécules relaxantes, c’est alors le goût ou la saveur de la plante qui fait la différence auprès des uns et des autres. Le client dispose ainsi d’un choix appréciable et, s’il dispose des informations nécessaires, d’une véritable connaissance des caractéristiques du produit qu’il achète.

Bannière 728x90
Vos amis aimeraient sans doute être au courant !

Laisser un commentaire sur "CBD : mieux comprendre cette molécule"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*