Boutons sur le pubis, reconnaître les symptômes, les causes et les traitements possibles

Le pubis est une zone particulièrement sensible du corps humain, comme toutes les zones de la peau qui sont enfermées dans l’humidité de nos vêtements toute la journée. De plus, le pubis se trouve dans la zone génitale et il est donc particulièrement exposé aux risques des maladies sexuellement transmissibles. Voilà pourquoi l’apparition de boutons sur votre pubis doit vous préoccuper, que vous soyez une femme ou un homme. Ce n’est pas toujours grave, mais il faut être vigilant. Voici donc les principales causes de ces boutons et leurs traitements.

Des boutons provoqués par l’épilation

Voilà sans doute la cause la moins préoccupante d’apparition de boutons sur le pubis. Si vous vous épilez cette zone, il est fort probable que cela favorise l’apparition de boutons. Quand vous rasez, la peau est agressée et réagira avec de l’excès de sébum qui pourra boucher les pores et provoquer des boutons. Si vous épilez à la cire, les impuretés et les poils incarnés peuvent provoquer des boutons.

Pour éviter que des boutons n’apparaissent à chaque fois que vous vous épilez le pubis, il faut bien préparer votre peau avant et la soigner après. Le mieux, c’est donc de le faire sous la douche, de se faire un gommage de la peau avant et de se laver avec un savon doux après. Ensuite, n’oubliez pas d’hydrater la peau pour éviter les excès de sébum. Surtout, n’utilisez pas de cosmétiques contenant de l’alcool (parfum, déodorant, etc.).

Le molluscum contagiosum et ses boutons génitaux

Le molluscum contagiosum est provoqué par un virus contagion et se manifeste par l’apparition de petites lésions ressemblant à des boutons. Elles sont parfois blanches, parfois rouges, et même parfois noires. On trouve ces lésions généralement au niveau du sexe, du pubis et de l’aine. C’est un problème dermatologique assez répandu que vous pouvez attraper simplement si vous ne vous lavez pas les mains avant d’aller dans des toilettes publiques, par exemple.

Le problème du molluscum, c’est qu’il est contagieux. Un bouton en créera rapidement d’autres et vous devez réagir. Si vous percez les boutons vous-même, le liquide blanchâtre qu’ils contiennent pourra faire apparaître d’autres boutons. Désinfectez donc abondamment la zone et vos mains juste après. Le mieux, c’est encore d’aller voir un dermatologue qui pourra vous prescrire des crèmes et des médicaments adaptés.

Les infections sexuellement transmissibles qui provoquent des boutons sur le pubis

Les infections et autres maladies sexuellement transmissibles qui provoquent des boutons et des lésions dermatologiques sur le sexe et la région du pubis sont nombreuses. Passons en revue quelques-unes d’entre elles :

La teigne

Ce terme désigne l’ensemble des pathologies qui attaquent toutes les parties du corps constituées kératine (ongles, cheveux, poils, peau). Le symptôme principal de la teigne est la formation d’une plaque de forme arrondie qui s’étend et qui va entraîner un changement de couleur et d’aspect de la peau. Cette maladie est causée par des champignons microscopiques appartenant aux dermatophytes (ils attaquent la kératine). Ces mycoses ne sont généralement pas graves mais peuvent entraîner un prurit ou une forte gêne. Contagieuse, la teigne se traite à l’aide d’antifongiques locaux en parallèle d’une hygiène méticuleuse concernant le linge (désinfection).

Le papillome humain

Il existe environ 150 types de VPH différents qui peut affecter les muqueuses ou la peau. En fonction du type de virus, les symptômes varient. Le papillome humain peut provoquer des verrues génitales ou même des cancers du col de l’utérus. Dans le cas d’un virus comme le VPH 16 qui est responsable dans la majorité des cas de cancers du col, la solution médicale est le traitement de la zone touchée. Si les symptômes sont des verrues, il n’y a pas de médicament de fond, uniquement un traitement local visant à soulager les douleurs.

Ainsi, il faut se baser sur la prévention et sur l’information quant aux risques par rapport aux infections et autres maladies sexuellement transmissibles. Il est essentiel d’informer les jeunes filles dès la préadolescence, sur l’importance de l’utilisation de préservatifs. De plus, il existe des vaccins qui protègent en partie de certains VPH.

La syphilis

Cette infection comporte trois stades avec des symptômes qui diffèrent. Le stade primaire, qui se manifeste entre 3 à 90 jours après l’infection, provoque des boutons rouges. Les bactéries se multiplient et finissent par créer un ulcère indolore dans la région génitale. La plaie peut passer inaperçue et se résorber en quatre à huit semaines. Ensuite, le stade secondaire permet généralement aux patients de réaliser qu’ils sont atteints d’une infection avec les symptômes suivants :

  • inflammation des ganglions
  • fatigue, fièvre, douleurs musculaires
  • perte de cheveux
  • éruptions cutanées

Ces symptômes peuvent être intermittents et disparaître sans traitement médical. Cependant, ce n’est pas pour autant que l’infection est guérie.

La période de latence apparaît après environ deux ans. Il n’y a plus de symptômes, néanmoins, ils peuvent se manifester à tout moment. Dernièrement, le stade tertiaire se déclare par des symptômes plus graves, si le patient n’est pas traité. Une syphilis cardiovasculaire ou neurologique peut mener au décès du patient, à cause d’une inflammation de l’aorte ou d’un accident vasculaire cérébral, par exemple. De plus, la syphilis se transmet au fœtus. Ainsi, une femme enceinte peut transmettre l’infection à son bébé. Cela peut conduire à un avortement spontané ou à des décès néonatals. Cependant, la plupart des nourrissons atteints n’auront aucun symptôme à la naissance (ils apparaissent parfois aux trois ou quatre mois de vie du bébé).

Dans ces cas-là, il est difficile de conseiller un traitement en particulier sans observer d’abord la nature exacte des lésions. Il est donc essentiel que vous preniez très rapidement rendez-vous avec un dermatologue ou, à défaut, un médecin généraliste. Ils vous conseilleront alors soit un spécialiste de la question, soit un traitement adapté à vos besoins spécifiques. Aussi embarrassante que puisse être la situation, il est essentiel de ne pas la laisser traîner pour éviter qu’elle ne s’aggrave.

Bannière 728x90

Peut-on soigner l’herpès génital ?

L’herpès génital est un virus répandu qui se caractérise par des éruptions cutanées importantes, douloureuses et régulières. S’il est fréquent qu’il se situe directement sur le sexe, on le retrouve également parfois sur le pubis. Il est important d’être capable de le reconnaître, car il est très contagieux à chacune des crises herpétiques.

Malheureusement, l’herpès labial et l’herpès génital, même si ce sont deux virus distincts qui ne se transmettent pas (sauf dans de rares cas), ne se soignent tous les deux pas du tout. Si vous en êtes atteint, vous devez impérativement consulter un dermatologue pour qu’il vous apprenne à vivre avec ce virus. Certains médicaments existent pour limiter les crises, dans le temps, dans leur durée et dans la douleur qu’elles provoquent, mais aucun traitement définitif n’est disponible.

Comment se débarrasser des morpions ?

Les morpions, ou poux pubiens, sont une autre cause probable de boutons sur le pubis. Ils se transmettent lors d’un rapport sexuel avec une personne qui en a déjà au cœur de ses poils pubiens. Ils pondent leurs œufs et mordent la peau, ce qui peut provoquer des petits boutons. Ils peuvent également transmettre la phtiriase, une maladie infectieuse de la peau et contagieuse qui provoque des boutons.

Il est très facile de se débarrasser des morpions avec un savon spécial. Il est également possible de s’en débarrasser en s’épilant le pubis et les zones périanales, mais il faut veiller à n’oublier aucune zone pileuse. Il faut également prendre soin de laver ses draps et ses sous-vêtements à 60 °C au moins.

Les allergies cutanées

Il est également possible que des boutons apparaissent sur le pubis suite à une allergie. Il n’y a pas d’allergie connue pour provoquer exclusivement l’apparition de boutons sur le pubis, mais l’utilisation d’un produit ou d’une substance sur la zone concernée peut en être à l’origine.

Une allergie à un composant d’une crème d’épilation, d’une mousse à raser, d’un savon intime, ou même une allergie au latex peut être à l’origine de l’apparition de ces boutons. Dans ce cas-là, il convient d’éliminer un à un chaque produit allergène pour déterminer l’origine exacte de l’allergie.

Vos amis aimeraient sans doute être au courant !

Laisser un commentaire sur "Boutons sur le pubis, reconnaître les symptômes, les causes et les traitements possibles"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*